Nous sommes le  
 
         
<<< Accueil
 
 
Né le 9 novembre 1873 à Gosier (Guadeloupe), Achille René-Boisneuf est le fils naturel d'un ex-esclave émancipé en 1848. Après de brillantes études secondaires au lycée Carnot de Pointe-à-Pitre, il obtient son baccalauréat et se lance dans la politique à la fin du siècle en participant au "Comité de la jeunesse républicaine" fondé en 1891 par Hégésippe Légitimus. Peu après, il rompt avec ce dernier et quitte le parti socialiste en 1899. Rupture qui va s'accentuer lorsque Légitimus inaugure la politique d'entente avec les usiniers sous la bannière de " L'Entente Capital - Travail "

Achille René-Boisneuf est élu conseiller général en 1901. Il va s'opposer violemment au sein de cette assemblée, à une telle politique qu'il considère comme contraire aux intérêts des travailleurs. Il s'en suivra une longue période d'affrontement entre ces deux hommes politiques, opposition ponctuée du saccage des presses de Achille René-Boisneuf : " Le Libéral " et " La Vérité " ainsi que l'attentat contre les partisans de Boisneuf dont le lieutenant Madère.
Il est élu Maire de Pointe-à-Pitre en 1911, président du conseil général de 1913 à 1922, et fut également élu député de la Guadeloupe (Grande Terre) en 1914 et 1919.

A partir de 1922 débute la "descente aux enfers". Il perd tour à tour tous ses postes électoraux et se débat dans de graves démêlés judiciaires mais, après un séjour en prison, peut redevenir maire de Pointe-à-Pitre (1926). L'opposition acharnée de son ancien compagnon de lutte, G. Candace, provoque un sérieux affaiblissement du "boisneufisme " en Guadeloupe. Usé, Achille René-Boisneuf meurt à Pointe-à-Pitre le 29 décembre 1927.